• Facebook
  • Twitter
  • Google +

En compagnie de mon amie Brigitte

Brigitte m’a envoyé un message vers cinq heures de l’après-midi pour me demander de me dépêcher. Elle m’attendait dans un café depuis plus de trente minutes, et elle craignait que nous soyons en retard au vernissage. J’ai répondu que j’étais déjà en route pour venir, mais que je ne parvenais pas à stationner ma voiture. Je suis arrivée moins de dix minutes après avoir envoyé ces quelques mots qui expliquaient ma situation. Brigitte se leva dès qu’elle me vit entrer. J’ai compris que je devais partir directement à cette présentation, sans même boire un simple verre d’eau. Mon amie me rassura et elle me proposa de m’asseoir pendant qu’elle reprenait un sirop de citron à l’eau gazeuse. J’ai commandé un jus de pamplemousse avec des glaçons et une paille. J’adore ajouter une feuille de menthe dans mon verre, mais le serveur n’en avait pas.

J’ai parlé quelques minutes avec ma compagne de table de ce que nous nous apprêtions à voir. Le jeune designer présentait ses œuvres après avoir été remarqué par de nombreuses galeries à New-York, Paris et Londres. J’avais hâte de contempler ses œuvres, car je ne les avais vues que photographiées. Entre son mobilier aux formes déstructurées, et ses sculptures aériennes, faites pour être suspendues, je savais qu’il avait grandement innové. C’est le seul de sa génération qui propose des créations prises entre le surréalisme, et le monde technologique. Parmi les sièges au concept novateur qu’il a inventé, j’avais très envie d’en acquérir un modèle avec un ordinateur intégré. Les capteurs de l’appareil prévenaient de maladies et, en cas de surpoids, ils proposaient un programme pour mincir.

Quant à Brigitte, elle était dans sa recherche du meilleur couvreur blainville. Elle me montra les devis qu’elle avait reçus et je lui ai donné mon avis dessus. Notre discussion n’avait duré que quinze minutes, mais je me sentais bien mieux qu’à mon arrivée. Nous avons marché en direction de la galerie, tout en regardant les vitrines des boutiques du quartier. J’ai vu une veste magnifique, que j’ai offerte à ma mère. Je suis revenu la prendre quelques jours après notre passage dans cette rue. Comme je le pensais, le lieu de l’exposition était plein de personnes venues, tout comme moi, admirer les œuvres emblématiques du créateur. Je me suis approchée de lui, car je l’ai vu debout, devant le siège que je convoitais. Notre échange sur l’art fut si intéressant, que nous avons convenu de nous revoir bientôt.

 

The author:

author

Funambule, sur la corde raide, je penchais souvent d’un côté ou de l’autre de la vie. J’ai longtemps eu peur du vide de mon existence, mais maintenant ma voie se trace enfin. Aujourd’hui, j’ai trouvé un sens à ma vie. Sur ce blogue, il y aura mes textes de réflexions et mes petits plaisirs à partager !