• Facebook
  • Twitter
  • Google +

En vacances avec Béatrice

En vacances avec Béatrice - Mélina Corbin

J’avais prévu de partir en vacances avec des amis, dès le weekend prochain. Les jours de congé que j’avais proposés, avaient été acceptés par mon supérieur hiérarchique, et j’avais tout organisé. Mon chat serait nourri par la voisine du dessus, elle se chargerait aussi du courrier et des plantes vertes de mon appartement. En retour, je lui avais promis de lui rendre la pareille quand elle serait absente. Elle partait souvent en déplacement en Asie, et ses plantes en pot ne résistaient pas à ses trop longues absences. Je partis donc l’esprit tranquille. La semaine de vacances fut merveilleuse, et je repris de l’énergie pour les mois à venir. Le soleil radieux de l’été avait baigné les plages du bord du lac où j’étais allée avec ma cousine Béatrice, son compagnon, et trois amis. Nous nous connaissions bien, depuis le temps.

Nous avions pris un appartement ensemble en colocation, pendant nos années d’études. Je n’aurais jamais pensé que, quelques années plus tard, je choisirais avec Béatrice, sa musique mariage pour son union avec Laurent, un de mes colocataires. Ils étaient accordés parfaitement. Louis, Paul et Virginie étaient les autres de ce logement que nous partagions. Ma cousine avait rencontré son futur mari pendant une des nombreuses soirées que nous avions faites au cours de nos années à l’université. Dès que nous avons trouvé un emploi, chacun notre tour, nous étions partis du « cocon amical », et nous avions vécu chacun de notre côté. J’avais pris l’habitude de les appeler au moins une fois par semaine, au début, puis les appels s’étaient espacés.

Nous avions toujours autant de plaisir à nous retrouver, maintenant, même si nous n’avions pas autant de contact qu’avant. Les revoir pendant ces quelques jours, m’avait fait le plus grand bien. Je pouvais revenir à mon emploi, les batteries rechargées de ces moments intenses que nous avions vécus ensemble. Je ne fus pas étonnée de voir, à mon retour, une pile de factures et de courriers en tous genres qui s’étaient accumulés. Mes plantes étaient dans la meilleure forme qui soit et mon chat, même s’il semblait m’en vouloir de cette absence prolongée, était, lui aussi, en excellente santé. Un petit mot, posé sur la table de mon salon, provenait de ma voisine. Elle partirait dans deux jours pour un voyage un peu long, et elle me demandait si je pouvais lui rendre le service qu’elle m’avait demandé.

 

The author:

author

Funambule, sur la corde raide, je penchais souvent d’un côté ou de l’autre de la vie. J’ai longtemps eu peur du vide de mon existence, mais maintenant ma voie se trace enfin. Aujourd’hui, j’ai trouvé un sens à ma vie. Sur ce blogue, il y aura mes textes de réflexions et mes petits plaisirs à partager !