• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La faible fiabilité des météorologues !

Soumise aux aléas du temps pour mes sorties à la campagne, j’ai dû regarder le bulletin météorologique avant de partir en randonnée. Pas de pluie ni d’orage de prévu, selon ce que je lisais. Pourtant, je suis habituée aux revirements brusques, et j’ai emporté un coupe-vent. Une cape de pluie est moins encombrante, mais elle n’est pas du tout confortable. La saison estivale avait été belle. J’ai chargé mon sac à dos avec des fruits frais et de l’eau, une couverture de survie et un manteau léger. Je suis partie sereine. J’avais contacté un fabricant d'armoires, et la confirmation de ma commande était arrivée juste avant mon départ. Une dernière vérification dans ma résidence, pour que je sois sûre que rien n’était resté allumé, et j’ai pris mon automobile. Je devais rouler environ deux heures avant d’arriver. J’étais presque à l’aire de stationnement, lorsqu’un prodigieux orage s’est abattu.

La pluie était si forte, que mes essuie-glaces ne parvenaient pas à la chasser de mon pare-brise. J’ai reconnu la route et je me suis garée. Des trombes d’eau se déversaient tout autour de ma voiture. Mon téléphone fonctionnait, mais les éclairs ne tardèrent pas à compléter ce tableau apocalyptique. Je ne pouvais pas faire demi-tour, et je ne pouvais pas, non plus, sortir de mon auto. J’ai patienté pendant une heure avant que de repartir. Bien sûr, je retournais chez moi, ma promenade n’était plus possible dans ces conditions. Je me suis arrêtée dans une station-service pour prendre de l’essence. C’est alors que j’ai remarqué qu’un phare avant ne fonctionnait plus. Sous cette pluie battante, je ne me voyais pas en changer l’ampoule. 

Par contre, dès que mon véhicule fut dans mon garage, j’ai entrepris de faire réparer ce phare défectueux. Ce fut rapide, car j’avais déjà dû effectuer cette opération. Déçue de ne pas avoir pu marcher dans la nature, je me suis résolue à passer cette journée à la maison. Mon conjoint était parti rencontrer un Syndic de faillite St-Jérôme avec son frère, qui éprouve quelques problèmes financiers présentement. Seul mon chat me tenait compagnie. Je me suis préparé un bon sandwich. Le jour semblait tirer à sa fin, tant la lumière de l’extérieur était faible. Un documentaire sur la population des poissons dans les océans passait. Je l’ai visionné jusqu’à la fin. Une fois qu’il fut terminé, j’ai entrepris de faire quelques recherches sur Internet. J’espérais que les prévisions, pour la fin de semaine suivante, seraient plus exactes.

 

The author:

author

Funambule, sur la corde raide, je penchais souvent d’un côté ou de l’autre de la vie. J’ai longtemps eu peur du vide de mon existence, mais maintenant ma voie se trace enfin. Aujourd’hui, j’ai trouvé un sens à ma vie. Sur ce blogue, il y aura mes textes de réflexions et mes petits plaisirs à partager !