• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Le prénom de ma mère

C’était très agréable de retrouver Marc et Lisa l’an dernier, au mois de mai, que je n’avais pas vu depuis au moins un an, quand ils venaient d’être parents. Leur petite Adèle avait grandi et, de ses grands yeux verts, elle jetait un regard intéressé sur le monde qui l’entourait. Elle était si gracieuse que je l’ai prise en photo plusieurs fois. J’ai constaté que mes amis avaient un air enjoué, épanoui. Ils m’avouèrent qu’ils avaient une grande nouvelle à m’annoncer. Lisa était enceinte et elle accoucherait dans le courant du mois de janvier. J’étais heureuse et je les ai félicités. Ils voulaient donner le prénom de ma mère à leur second bébé. J’étais très contente de cette gentille attention, si contente que différentes émotions, de la joie principalement, m’étreignirent. J’ai accepté.

Quelques mois plus tard, je recevais la première photographie de la petite fille. La jeune Gina avait déjà une beauté qui transparaissait dans son visage d’enfant. J’étais si fière que ses parents aient donné le nom de ma maman, que j’ai essayé de trouver un cadeau de naissance vraiment original. Ma mère avait été très heureuse de savoir que cette fillette portait son prénom. Elle vit, la moitié de l’année, en Italie. Elle est encore très active, même si elle songe à sa retraite. Mon père la suit, car quant à lui, il a fini de travailler depuis deux ans. Ce fut une vraie révolution dans sa vie, car il avait mis beaucoup de temps à développer son activité professionnelle, et je ne savais pas s’il supporterait l’inactivité.

Quand il était venu me voir la semaine dernière, après être allé constater que la decontamination moisissures Montréal se soit bien déroulée, il m’avait apporté un présent pour le jeune enfant. C’était une couverture en laine, tissée par une amie de mes parents. Dans les tons rouge et blanc, elle est chaude et douce. De mon côté, j’avais songé à un bijou, mais je craignais que, en grandissant, le style de l’objet ne soit vite dépassé. J’avais eu l’idée de prendre un album où ses parents glisseraient des images d’elle, de sa sœur et de toute leur famille au fur et à mesure des ans. En parlant de ces idées à mon père, une autre m’est venu. J’ai un ami menuisier, et je sais qu’il fabrique des chaises magnifiques. Je lui en ai commandé deux pour la petite fille.

 

The author:

author

Funambule, sur la corde raide, je penchais souvent d’un côté ou de l’autre de la vie. J’ai longtemps eu peur du vide de mon existence, mais maintenant ma voie se trace enfin. Aujourd’hui, j’ai trouvé un sens à ma vie. Sur ce blogue, il y aura mes textes de réflexions et mes petits plaisirs à partager !